Drak tone filter,Close up white coffee cup with heart shape latt

Une tasse de café par jour peut-elle prolonger l’espérance de vie?

Le 29 septembre est la Journée internationale du café. Vous demandez-vous où se situe le Canada sur le plan de la consommation de café?

Vu les nombreux cafés qui ont pignon sur rue un peu partout au Canada, il ne paraît pas étonnant que notre pays se situe en 10e place* du palmarès des 25 pays consommant le plus de café, avec 6,5 kg par habitant.

On est donc en droit de se demander si  cette boisson réconfortante est véritablement bonne pour nous, et particulièrement pour les aînés.

Depuis des années, un débat* fait rage à propos des effets positifs et négatifs du café sur la santé. Déjà, au 17e siècle, une publicité affirmait que cette boisson pouvait guérir de l’alcoolisme et, en 1916, les grands titres des journaux rapportaient qu’elle freinait la croissance.

Toutefois, au cours des dernières années, les preuves confirmant que le café est bénéfique pour la santé ont commencé à affluer. Une recherche de 2017, fondée sur deux importantes études regroupant plus de 700 000 participants d’Europe et des États-Unis, a déterminé que boire du café peut prolonger l’espérance de vie.

Dans le cadre de cette étude européenne*, on a déterminé que les plus grands buveurs de café avaient 7 % à 12 % moins de chances de mourir prématurément, comparativement à ceux qui n’en boivent pas. De plus, ils ont moins de chance de développer des problèmes digestifs et cardiaques.

En termes de bénéfices, on ne constate aucune  différence notable entre le café décaféiné et le café régulier. Il semblerait en effet que des facteurs autres que la caféine pourraient contribuer à contrer les maladies. Ceux-ci incluent les antioxydants et les composants qui combattent l’inflammation, un élément important lié à plusieurs maladies chroniques qui mènent au vieillissement prématuré.

L’étude américaine* a obtenu des résultats similaires après avoir observé 185 000 personnes non caucasiennes : les gens qui buvaient deux à quatre tasses de café par jour avaient 18 % moins de chances de mourir que ceux qui n’en buvaient pas.

Plusieurs autres études démontrent une réduction des risques de certains cancers, de troubles cardiaques, de diabète de type 2 et de maladie de Parkinson*.

Ceci signifie-t-il que ceux qui n’aiment pas cette boisson devraient faire comme les millions de gens qui ne peuvent imaginer un matin (ou un après-midi) sans leur dose de café?

Les chercheurs disent qu’il n’est pas nécessaire de changer leurs habitudes. Les raisons sous-jacentes des avantages du café ne sont pas encore tout à fait définies, et peut-être que les personnes qui n’en boivent  pas étaient déjà en moins bonne santé — par exemple, elles ont peut-être évité le café en raison de problèmes de santé existants.

Il est également intéressant de savoir que l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) souligne que le café est recommandé seulement lorsqu’il n’est pas trop chaud. En effet, des études* établissent un lien entre la consommation de boissons très chaudes (en tout genre, incluant l’eau) et le cancer de l’œsophage.

Que fait-il retenir de tout ça? Profitez de votre café (tiède) tous les jours — et buvez-en une tasse de plus le 29 septembre!

*En anglais seulement