Smiling Elderly Asian Woman Looking up to Right

Protéger la santé du cerveau et améliorer la qualité de vie pour les personnes atteintes de troubles cognitifs

Septembre est le Mois mondial de l’Alzheimer*. La campagne annuelle de l’organisme Alzheimer’s Disease International vise à sensibiliser les gens et à s’attaquer à la stigmatisation associée aux troubles cognitifs. Elle soutient ainsi les progrès accomplis pour améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes et leurs aidants familiaux, de même que le développement de technologies d’assistance novatrices qui les soutiennent au quotidien ainsi que les nouvelles connaissances aidant à protéger la santé du cerveau.

La protection de la santé cognitive

Les facteurs liés au mode de vie expliquent plus du trois quarts des changements produits dans le cerveau* qui sont associés au déclin cognitif, selon l’Université d’Édimbourg. The Lancet a indiqué qu’il était possible de réduire considérablement le risque de troubles cognitifs par l’entremise de neuf facteurs modifiables liés au mode de vie* : un mode de vie actif; le maintien d’une vie sociale dynamique; l’absence d’hypertension artérielle, d’obésité et de tabagisme; la gestion du diabète, de la dépression et de la perte auditive liée à l’âge; et le maintien de l’activité mentale grâce à l’apprentissage continu.

Des technologies qui soutiennent les capacités et aident à gérer les risques

De nouvelles technologies d’assistance sont actuellement développées pour gérer les risques potentiels et soutenir les personnes atteintes de troubles cognitifs pour qu’elles conservent leur autonomie et certaines capacités, et pour les aider à utiliser leur mémoire et à se rappeler des souvenirs. Le Toronto Rehab Institute (TRI) a mis au point un outil pour évaluer les habitudes de marche et la stabilité d’adultes souffrant de troubles cognitifs pour prédire le risque de chute*. Le robot interactif du TRI, appelé Ed, fournit aux aînés des messages-guides, des rappels et des conseils pour les aider dans leurs tâches quotidiennes*, comme s’habiller, se brosser les dents et se préparer un repas simple.

Un jeune inventeur japonais, Kenneth Shinozuka, a créé des chaussettes munies de capteurs* qui envoient un avertissement sur le téléphone intelligent d’un aidant lorsqu’une personne atteinte de troubles cognitifs se lève de façon inattendue. L’idée lui est venue de son expérience personnelle avec son grand-père, qui sortait régulièrement de son lit sans raison.

Des environnements adaptés aux personnes atteintes de troubles cognitifs

Les personnes souffrant de troubles cognitifs deviennent souvent plus sensibles à leur environnement physique et social, et elles se fient davantage à leurs sens pour mieux comprendre* ce qui se passe autour d’elles, indique le ministère de la Santé de Victoria, en Australie. La création d’un environnement positif et adapté à leurs besoins contribue à améliorer leur bien-être.

Un environnement physique accueillant pour les personnes atteintes de troubles cognitifs comprend une signalisation claire et lisible à la hauteur des yeux[MF1] *, des aires ouvertes et des lieux d’activité et de repos, indique la Société Alzheimer du Canada. Les résidences pour retraités adaptées aux personnes atteintes de troubles cognitifs créent des environnements sécuritaires, familiers, bien éclairés, sans surfaces réfléchissantes et glissantes, et pourvus de repères qui aident les résidents à s’orienter*, selon SafeCare BC.

Chartwell, résidences pour retraités, cherche à aider les aînés atteints de troubles cognitifs et leur famille par l’entremise de ses soins aux résidents souffrant de perte cognitive et de son programme Approche mémoire. Certaines des résidences Chartwell offrent des étages sécuritaires consacrés aux unités de soins pour cette clientèle, où les résidents et leur conjoint peuvent vivre confortablement. Des employés compétents et attentionnés peuvent les aider à mener une vie épanouissante et valorisante. Pour en savoir plus, cliquez ici.

*En anglais seulement.