Sunday afternoon with friends

Les liens sociaux sont un bon remède pour le corps et l’esprit

La première semaine d’octobre est la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales au Canada, et le 10 octobre est la Journée mondiale de la santé mentale*. Selon le Conseil national des aînés, un aîné canadien sur quatre est aux prises avec un problème de santé mentale, et l’isolement social nuit à la santé psychologique et cognitive des aînés.

Selon une étude de l’Université du Manitoba, les aînés sont plus susceptibles d’être isolés socialement, et les personnes qui se sentent seules courent un plus grand risque de souffrir de dépression et d’anxiété. De plus, selon la Faculté de médecine de l’Université Stanford, le soutien émotionnel que procurent les liens sociaux* permet de réduire l’anxiété et les symptômes de la dépression.

L’isolement social nuit à la santé physique

De nombreuses études ont aussi démontré l’incidence du manque d’interactions et de liens sociaux sur la santé physique et la longévité. Selon une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, les personnes qui ont survécu à une crise cardiaque, qui étaient isolées socialement et éprouvaient un niveau élevé de stress étaient plus de quatre fois plus susceptibles de mourir au cours des trois années suivantes* que celles qui présentaient un niveau de stress et d’isolement plus faible. En fait, la qualité des liens sociaux avait une plus grande incidence sur la survie de la personne que le médicament contre les maladies cardiovasculaires qui était testé.

Une étude déterminante de l’Université de Californie à Berkeley a démontré que les femmes et les hommes qui maintenaient de solides liens sociaux étaient trois fois moins susceptibles de mourir au cours d’une période donnée de neuf ans que les gens qui n’entretenaient pas de tels liens. Plus remarquable encore est le fait que les personnes au mode de vie néfaste, mais qui entretenaient de solides liens sociaux vivaient plus longtemps* que celles qui avaient un mode de vie sain, mais entretenaient peu de liens sociaux; les personnes ayant un mode de vie sain et une vie sociale active vivant le plus longtemps.

Extended family eating outdoorsSelon le Journal of Health and Social Behaviour, le fait d’avoir des relations moins nombreuses ou de moindre qualité est également associé à un risque plus élevé de souffrir de certains problèmes de santé, dont les maladies cardiovasculaires, l’hypertension, le cancer, un rétablissement plus long après un cancer et une guérison plus lente des blessures*, ainsi que l’affaiblissement du système immunitaire.

Les activités sociales comme remède

Pour demeurer en bonne santé physique, émotionnelle et cognitive, rien de tel que de maintenir une vie sociale active et d’entretenir des relations étroites. Dans le cas des aînés dont les réseaux sociaux se trouvent souvent réduits, l’un des principaux avantages d’emménager ou d’habiter dans une résidence pour retraités tient à ce que ce mode de vie offre de nombreuses occasions de socialiser chaque jour, grâce aux activités au sein de la résidence ou à l’extérieur, qui permettent d’élargir son réseau social.

Chartwell résidences pour retraités offre une variété d’événements sociaux et d’activités récréatives – des soirées de jeu aux activités au bistro, en passant par les clubs de marche et les sorties en ville – qui permettent à leurs résidents de rencontrer facilement de nouvelles personnes et de nouer des relations signifiantes. Pour en savoir plus, cliquez ici.

* en anglais seulement