Moving Boxes in the Living Room

Conversations essentielles avec Dre Amy : Accueillir les facteurs de changement dans votre vie

Lorsque je rencontre mes clients, je les encourage toujours à réfléchir à la façon dont ils conserveront leur liberté de choix et leur autonomie en prenant de l’âge – des aspects essentiels de la vie que nous voulons tous préserver. Pour ce faire, il faut d’abord se poser la question suivante : « S’il y avait un changement dans ma santé ou ma mobilité, que ferais-je différemment? » Afin de répondre à cette question, il est important de se demander où serait-il possible de vivre, comment parvenir à gérer les tâches associées à la vie quotidienne et répondre aux besoins associés aux soins, quel type de transports convient lorsque l’on a toujours utilisé la voiture, avec qui passer son temps et comment se tenir occupé.

Voici mon oncle Jack

J’ai récemment posé cette question importante à mon oncle Jack* qui, malgré ses 93 ans, travaille toujours à temps partiel (incroyable, n’est-ce pas?). Il habite toujours dans le condo que lui et sa femme partageaient avant son décès, il y a environ huit ans. Depuis plusieurs années, sa belle-sœur l’encourage fortement à emménager dans une résidence pour retraités, car il ne connaît personne dans son immeuble et fréquente peu de gens en dehors du travail. C’est un homme chaleureux et sociable, mais elle se rend compte qu’il est un peu solitaire.

Oncle Jack a récemment visité des résidences et en a trouvé une qu’il aimait beaucoup. Il a reconnu que ce serait un endroit formidable où habiter. En plus d’aimer la nourriture et sa présentation appétissante, il a apprécié les personnes qu’il a rencontrées. Lorsque je lui ai demandé quand il prévoyait déménager, il m’a répondu ce que bien des gens m’ont dit au fil des ans : « J’y emménagerai un jour, mais je ne suis pas encore prêt. »

Je voulais comprendre pourquoi oncle Jack ne se sentait pas prêt, et je lui ai demandé quel serait le facteur déclencheur lui indiquant qu’il serait temps de faire la transition. Il a réfléchi un instant et m’a répondu : « Lorsque je ne pourrai plus conduire, car je me retrouverais isolé chez moi, et ce n’est pas ce que je souhaite. » Je lui ai ensuite demandé s’il avait vérifié si la résidence qui l’intéressait avait une liste d’attente, car je ne voulais pas qu’il découvre qu’il n’y avait pas de place au moment où il serait prêt à s’y installer!

Les facteurs déclencheurs courants pour emménager dans une résidence

Parlons des facteurs déclencheurs. Le fait de ne plus vouloir conduire ou de ne plus en être en mesure de le faire est souvent l’élément déclencheur qui pousse les aînés à emménager dans une résidence, tout comme le décès d’un conjoint. Les problèmes de santé ou de mobilité qui nuisent à la capacité de gérer facilement les tâches quotidiennes ou l’entretien de la maison constituent un autre facteur.

Voici un exemple : j’ai appris qu’un homme âgé et charmant que j’ai connu avait de plus en plus de problèmes de santé, tout comme sa femme. Le déclin de leur santé a fini par les forcer à entreprendre des changements importants dans leur vie. Lorsqu’ils ont finalement emménagé dans une résidence, il m’a confié qu’ils avaient l’impression d’avoir retrouvé leur autonomie. Au lieu de consacrer leur temps et leur énergie aux tâches ménagères quotidiennes, ils passaient du temps avec leurs amis et rencontraient de nouvelles personnes. Il m’a dit qu’ils se sentaient plus libres que jamais, maintenant qu’ils pouvaient simplement se concentrer sur ce qu’ils voulaient faire, plutôt que sur ce qu’ils devaient faire. Notons qu’il a aussi indiqué qu’il regrettait d’avoir attendu que leur santé se détériore à ce point pour décider de faire le grand saut, car ils auraient pu profiter davantage des activités, des sorties et des autres programmes récréatifs quand ils étaient en meilleure forme.

L’objectif : maintenir son autonomie

De nombreuses personnes associent l’autonomie au fait de vivre dans leur propre maison, là où ils ont habité pendant des décennies. Cependant, si nous examinons la définition de l’autonomie, elle est beaucoup plus large et ne tient pas compte de l’endroit où nous vivons. Voici la définition : « Liberté par rapport à toute autorité extérieure » et « Capacité à penser et à agir par soi-même. » Pour conserver notre liberté de choix et notre autonomie avec l’âge, nous devons nous demander ce que nous ferions si notre santé ou notre mobilité déclinait, puis déterminer les facteurs qui enclencheraient un processus de changements de mode de vie. C’est ainsi que nous conservons le contrôle de notre existence.

En ignorant ces questions, nous risquons de compromettre notre autonomie, car quelqu’un d’autre pourrait prendre des décisions liées à notre santé ou à notre mobilité à notre place. La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons exercer notre autonomie et mener la vie que nous voulons; nous devons simplement être conscients du moment propice aux changements pour passer à l’action et améliorer notre quotidien!

*Le nom a été modifié pour protéger la vie privée de la personne.